Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Smarthome Awards 2013 : des projets innovants

Pour promouvoir la domotique et la maison communicante, les Smarthome Awards ont vu la participation de 28 spécialistes cette année. Même si les récompenses ne seront distribuées que le 6 novembre 2013 dans le cadre du salon Interclimat+Elec, les noms des sept lauréats ont déjà été révélés.

Catégorie accessibilité

La récompense revient à Medetic Technologies de Colmar (68) pour ses maisons connectées éco-énergétiques dédiées à l’amélioration du maintien à domicile des personnes âgées avec des services, des animations et un accès à la télésanté et la sécurité.
Catégorie efficacité énergétique

Avec son installation domotique, l’entreprise Domo Logis installée à Vieux Condé(59) utilise la température intérieure pour piloter la vitesse de la VMC double flux sur puits canadien. Le système permet également de superviser le système de récupération d’eau de pluie, améliorer le niveau d’éclairage utile, gérer le chauffage dans chaque pièce et mesurer les consommations électriques. Toujours dans cette catégorie, le projet de VFX Concept à Lons le Saunier (39) s’est fait remarqué en rénovation avec des solutions domotiques économiques et des technologies capables de diminuer la consommation d’énergie dans une vieille ferme érigée en 1760.

Catégorie « moins de 25 000 euros »

La création d’une installation domotique dans une maison de constructeur pour la société L’Etincelle à Saint André (66) et la réhabilitation d’une maison au Touquet pour 2TMI.

Catégorie « plus de 25 000 euros »

Les récompenses dans le neuf et en rénovation ont été attribuées à Ihabitation de Saint Lys (31), et à Ocelek de Brumath (67) pour la rénovation d’une ancienne porte de la ville fortifiée de Châteauroux (36).

Canicule 2013 : les atouts du ventilateur

En ces temps de grosse chaleur, il suffit de peu pour se rafraîchir sans alourdir le budget. Parmi les solutions disponibles sur le marché, le ventilateur est un appareil facile à utiliser, écologique et efficace pour refroidir notre organisme.

Climatisation vs ventilateur

Appareil innovant, le climatiseur effectue un travail mécanique qui consiste à transférer la chaleur à l’intérieur pour le chauffage à l’envoyer à l’extérieur pour la réfrigération. De son côté, le ventilateur se contente de faire circuler l’air avec une hélice qui aspire l’air à l’arrière et le propulse à l’avant. Une fois mis en contact avec ce flux, le corps humain subit l’effet d’un vent frais pour stabiliser la chaleur corporelle. Autre atout du ventilateur, l’appareil améliore le phénomène d’évaporation de la sueur émise par nos pores et nous permet ainsi de nous refroidir en permanence.

Attention à la déshydratation

Sous l’effet de cette évaporation permanente de la sueur, nous risquons de nous déshydrater. Pour y remédier, il vaut mieux boire de l’eau régulièrement et opter pour un modèle à poser sur le sol afin de bénéficier d’un courant d’air ascendant qui cible une plus grande partie du corps.

Se rafraîchir à l’extérieur

Si vous avez trouvé la solution pour se rafraîchir à l’intérieur, il faut également chercher une idée pour faciliter les trajets en bus et avec les autres transports en commun. Au lieu de sortir votre vieil éventail, pourquoi ne pas se tourner vers les mini ventilateurs de poche ?

Différents modèles de ventilateur de sac à main

Très accessibles, ces petits appareils à pile peuvent se ranger dans les sacs à main et les poches. Pour ce qui est du style, vous pouvez choisir entre les modèles simplistes et les versions high-tech dotés de brumisateur et reliés à l’iPhone ou à l’iTouch.

Chasser les moustiques par le ventilateur

L’été caniculaire arrive avec son lot de désagréments. Outre la chaleur insupportable, les moustiques sont caractéristiques de cette saison idéale pour les soirées barbecues et les apéros. Mais pour mieux profiter de ces moments de partage, il faut trouver des solutions pour chasser ces fameuses bestioles volantes : sprays, crèmes, anti-moustiques électriques, bougies à la citronnelle, etc.

Le ventilateur, un allié anti-moustique

Plus astucieux encore, le journaliste William J.Broad a prouvé que le ventilateur était efficace pour faire fuir les moustiques. En effet, cet appareil éolien nous aide à rafraîchir l’air d’intérieur et à chasser les moustiques sans devoir inhaler des fumées aux odeurs désagréables, courir à l’incendie ou subir les effets secondaires des préparations à application locale.

Explications

De point de vue technique, un moustique vole à une vitesse de pointe de 2,4 km/h tandis que le ventilateur émet un courant d’air de 70km/h. Difficile donc pour ces nuisibles de voler dans ces conditions. En outre, les moustiques sont attirés par la chaleur corporelle et le dioxyde de carbone présent dans notre souffle, ce qui les aide à nous repérer jusqu’à 50 mètres à la ronde dans la nuit ou dans des conditions plus difficiles comme la présence de brouillard. Mais grâce aux courants d’airs émis par le ventilateur, le moustique sera déboussolé et aura plus de mal à retrouver ses repères.

Le choix du modèle de ventilateur

En principe, tous les ventilateurs sont efficaces contre les moustiques. Mais au lieu de choisir un modèle statique, optez plutôt pour l’appareil tournant qui couvre plus de surface et qui permet de mieux dissiper le dioxyde de carbone.

Pour un été économe en énergie !

Economie d’énergie oblige, nous sommes souvent à cheval sur les précautions à prendre pour diminuer la consommation énergétique en hiver. Mais d’autres travaux sont également indispensables pour adapter le logement aux étés caniculaires.

La température au sein de la maison

Avec l’arrivée du soleil, la température dans la maison hausse et il devient insupportable de vivre dans certaines pièces. Par exemple, il vaut mieux avoir des chambres fraiches en été et plus chaudes en hiver et pour y arriver, il faut délimiter leur positionnement (sud/nord).

Dès la construction de la maison, un architecte saura vous guider sur l’orientation des grandes fenêtres et des baies vitrées pour exploiter les bienfaits du soleil à chaque saison. Même s’il est souvent plus facile d’investir dans un système de climatisation, cette solution est coûteuse et demande un maximum d’énergie. C’est pour cela qu’il vaut mieux chercher des solutions plus naturelles.

Jouer avec l’ombre

Dans la Provence et les autres régions ensoleillées, tous les logements sont dotés de volets pour diminuer les risques de surchauffe pendant les heures les plus chaudes. D’autres maisons neuves sont également équipées de pare-soleils, des panneaux coulissants extérieurs. Outre ces solutions, vous avez également le choix entre les auvents fixes ou mobiles ainsi que le dépassement de façade ou de toit.

Des solutions pour l’intérieur

A l’intérieur de la maison, les protections solaires seront surtout constituées de rideaux et stores de couleurs claires. Pour éviter les risques de surchauffe en cas de canicule, n’utilisez jamais le sèche-linge en journée. Enfin, il vaut mieux aérer la nuit lorsque la température diminue et investir dans des systèmes de ventilations naturelles et efficaces comme le puits canadien qui exploite l’inertie thermique du sol.

Méthodes pour prévenir les sueurs nocturnes

Les températures se réchauffent et les personnes souffrant de transpirations nocturnes sont en quête de meilleures méthodes pour diminuer ces troubles. Pour les aider, nous avons relevé quelques techniques faciles.

L’aération de la chambre

Pour réussir à bien dormir, une chambre à coucher doit avoir une température située entre 17 et 18°C. Lors des étés caniculaires, aérez pour avoir une bonne circulation de l’air et utilisez le ventilateur ou le climatiseur pour se rafraîchir.

Des draps légers

Pour diminuer la sueur, portez des vêtements de nuits légers cousus dans un tissu qui respire (lin, coton). Il existe aussi des draps qui sèchent vite et des couettes fraîches avec faible indice de chaleur.

Limiter les excitants

Les plats épicés, les boissons alcoolisées, le tabac et les cafés sont à éviter si vous comptez passer une nuit sans sueurs.

Pas d’exercice physique avant le sommeil

Le sport en fin de soirée n’est pas une bonne idée si vous voulez éviter de tremper vos vêtements durant votre sommeil. Le bain-tourbillon et le sauna sont également à proscrire car ils élèvent la température corporelle et améliorent la transpiration.

La douche fraîche

Dans le cas contraire, la douche fraîche ou tiède diminue les sueurs nocturnes en régulant le thermostat interne.

L’hydratation

L’hydratation régulière de la journée sert déjà à remplir les réserves hydriques du corps mais un verre d’eau au coucher aide à limiter les transpirations.

Les traitements médicamenteux

La sueur nocturne fait partie des effets secondaires des antidépresseurs, des corticoïdes, des antidiabétiques et de la cortisone. Il y a également l’aspirine et l’acétaminophène utilisés pour réduire la fièvre.

Construction : la maison à énergie zéro pour être autonome en énergie

Une maison énergie zéro est une construction quasi autonome en énergie pendant toute l’année. En effet, la maison ne nécessite pas de chauffage car elle est construite de façon à procurer un meilleur confort thermique grâce à l’isolation et la ventilation à récupération d’énergie. Une maison énergie zéro se rapproche d’un bâtiment basse consommation (BBC) et d’un bâtiment à énergie positive (BEPOS) car elle a pour but d’économiser le maximum d’énergie. Rappelons qu’une BBC est une construction avec une consommation limitée d’énergie alors qu’une BEPOS est une construction qui produit plus d’énergie qu’elle en consomme.

Les caractéristiques d’une maison énergie zéro

Une maison énergie zéro n’a pas besoin de climatiseur, de ventilateur ou encore de chauffage. Elle utilise l’énergie solaire pour alimenter les divers appareils et opte pour l’isolation et la ventilation à récupération d’énergie pour le confort thermique. Une maison énergie zéro se doit d’être très bien située pour pouvoir profiter d’un bon ensoleillement. Elle est aussi équipée d’une pompe à chaleur pour se rafraichir durant la chaleur d’été. Et pour éviter les froids glacials de l’hiver, la maison est entièrement isolée. Isolation des murs, isolation de la toiture et isolation des combles, une maison bien isolée vieillit mieux et nécessite peu d’entretien. De plus l’isolation assure un intérieur sain et confortable.

Pour qu’une construction soit considérée comme une maison passive ou une maison à énergie zéro, il faut qu’elle respecte les objectifs suivants :

-Maison énergie zéro (5usages) = consommation env.0 à 15 kWh/m²/an en énergie primaire

Cela signifie que les 5 usages principaux sont le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation, l’éclairage et les auxiliaires.

-Maison énergie zéro (tous les usages y compris les appareils électriques…) consommation inférieure à 100 kWh/m²/an

Cela veut dire qu’une maison de 120m² consomme moins de 12 000 kWh d’énergie par an.

La ventilation mécanique ponctuelle : pour renouveler l’air à l’intérieur de la maison

Une maison bien ventilée vieillit mieux et offre à ses occupants une atmosphère saine. Pour ventiler l’intérieur de la maison, il existe plusieurs techniques comme la ventilation mécanique ponctuelle. Cette technique repose sur l’utilisation de ventilateurs électriques et des sources d’arrivées d’air frais.

Les principes d’une ventilation mécanique ponctuelle

La ventilation mécanique ponctuelle dépend d’un système de ventilateurs électriques pour créer un phénomène de dépression dans l’habitation. Pour cela, il faut installer un ventilateur en haut de chaque pièce. Il peut être placé sur le mur ou sur le plafond. L’aménagement de grille d’aération se fait loin des ventilateurs c’est-à-dire dans les parties basses de votre habitation. Le ventilateur va attirer l’air frais depuis la grille d’aération et expulser l’air vicié vers l’extérieur. Ce système ne marche pas de façon continue mais se déclenche manuellement.

D’ailleurs la ventilation mécanique ponctuelle a permis un système plus innovant, la ventilation extraction intermittente. Les extracteurs d’air intermittents peuvent être équipés :

-d’un interrupteur indépendant : vous pouvez la mettre en marche et l’éteindre quand vous le voulez
-d’un détecteur de lumière : elle se met en marche quand vous allumez la lumière
-d’un détecteur d’humidité : elle se met en marche selon l’humidité de la pièce
-d’un détecteur de présence : elle dispose d’une cellule infrarouge pour détecter la présence et se met en marche
-d’une cordelette : elle s’active quand vous tirez sur la cordelette.

Le choix de l’aérateur

Chaque aérateur intermittent dispose de sa propre capacité pour renouveler l’air. Pour trouver le débit nécessaire à votre aérateur pour chaque pièce, voici les références calculées selon le volume du local et le nombre de renouvellement par heure :
-Pour la cuisine : 10 à 15 m3/h
-Pour la salle de bain : 6 à 10m3/h
-Pour la cave et le sous-sol : 4 à 9m3/h
-Pour la buanderie : 10 à 15m3/h
-Pour les toilettes : 8 à 12m3/h
-Pour le garage : 4 à 6 m3/h

Salle de bain : comment éviter l’humidité ?

La salle de bain est une pièce très humide surtout si elle n’est pas dotée de fenêtres. L’excès d’humidité dû à la condensation, aux infiltrations ou aux moisissures dans une salle de bain peut entrainer des affections respiratoires comme les allergies, l’asthme ou la rhinite. En effet, 1 français sur 5 souffre d’allergie et la moitié est atteinte d’une allergie respiratoire souvent due à leurs environnements. Pour éviter l’humidité dans la salle de bain, il faut entretenir l’habitation, penser à un système de ventilation et bien choisir les matériaux et produits à utiliser.

L’entretien
L’entretien d’une pièce est important pour éviter qu’elle soit humide. Si la salle de bain n’est pas équipée de fenêtre, il faut laisser passer l’air par le biais des fenêtres des autres pièces et en laissant la porte ouverte quand la salle de bain n’est pas occupée. Il faut aussi vérifier l’état du bac à douche et des joints s’il n’y a pas de fuite qui entraine l’humidité.

Le système de ventilation
Pour la salle de bain, vous pouvez procéder par le système de ventilation naturelle ou mécanique. Le système de ventilation naturelle nécessite l’installation des grilles d’aération : en bas pour laisser entrer l’air frais et en haut pour laisser sortir l’air chaud. Quant au système de ventilation mécanique, elle consiste à utiliser un appareil qui agit comme un ventilateur. Il renouvelle l’air quand vous le voulez.

Choix des matériaux et des produits
La peinture acrylique résiste mieux à la condensation. Pour la salle de bain, il est recommandé de choisir de la peinture acrylique lavable et écologique. Les carreaux de plâtre et les panneaux de polystyrène extrudé qui sont des matériaux hydrofuges protègent le sol et les murs et apportent une meilleure isolation à votre salle de bain. Pour éviter la détérioration des murs, la pose de silicone ou l’injection de résine est efficace.

Consommation énergétique : une maison futuriste à Arcahon

Le prix de l’innovation technologique, managériale et organisationnelle des trophées Deba a été remporté par Positive Home Confort, une société de Gujan-Mestras experte dans la rénovation, le bâtiment, l’habitation positive et la domotique. Actuellement, les deux associés, Claude Dupuy et Philippe Dufour travaillent sur la rénovation d’une vieille maison du XIXe siècle suivant la charte de la Ville-d’Hiver et le cahier des charges des Bâtiments de France.

Une énergie positive

Pour le dirigeant de l’entreprise, Jean-Claude Dupuy, il s’agit d’un véritable challenge car le projet permet la mise en place d’un système efficace pour une consommation d’énergie réduite avec l’installation d’une isolation extérieure en polystyrène, une couche de béton à l’intérieur et des vitrages doublés ou triplés. En ce qui concerne le chauffage, la maison intelligente a été dotée de systèmes destinés à produire sa propre énergie : des panneaux solaires, un puits canadien qui fait office d’échangeur géothermique à très basse énergie pour réchauffer ou rafraîchir l’air ventilé par une Ventilation mécanique contrôlée ou VMC double flux (un ventilateur professionnel), un local technique en sous-sol pour la régulation des diverses installations comme la piscine qui peut être chauffée par injection d’air à température constante en hiver et rafraichie en été.

La domotique

Pour maîtriser la température de la maison, les professionnels ont fait appel à Domotic Xperience pour l’installation de capteurs destinés à mesurer les paramètres et les transmettre sur un système informatique. Ce dernier dispositif permet de commander à distance toute la maisonnée avec un simple smartphone.

Insolite : un gilet de câlins

Directement relié à Facebook, un gilet est capable de changer en câlins les nombres de « like » effectués sur les messages postés.

Réalisé par des chercheurs de MIT Media Lab de l'Institute of Technology dans le Massachusetts, Like-A-Hug (littéralement « comme un câlin ») est un gilet qui contient un petit ventilateur connecté sans fil. Au fur et à mesure que l’utilisateur Facebook obtient un « Like », le gilet gonfle et crée une étreinte simulant les câlins. En guise de réponse, il suffit de dégonfler le vêtement et l’expéditeur qui porte également un gilet reçoit un signal.

En concevant son Like-A-Hug, Melissa Kit Chow, initiatrice du projet de distribution de câlins par Facebook a tout fait « afin de nous rapprocher en dépit des distances physiques ». Elle a eu l’idée du gilet suite une longue discussion sur les relations à distances et les problèmes d’interfaces de discussion vidéo rencontrées sur Skype. Il s’agit donc d’une perception physique qui concrétise l’ancrage des actions dans la réalité : « ressentir la chaleur, l’encouragement, le soutien et l’amour qu’on ressent lorsqu’on reçoit un câlin ».

Avec cette nouveauté basée sur le principe de la « doudoune gonflante », les milliards d’utilisateurs du réseau social Facebook pourraient l’aider à faire face aux complications boursières. En guise de preuve, la fonction « J’aime » créée en février 2009 est cliquée des milliards de fois dans une seule journée. Ce Like-A-Hug qui est encore en stade d’expérimentation pourrait avoir de nombreux adeptes à travers le monde.

Sommeil : comment conquérir Morphée ?

Les vacances sont loin et la reprise des activités quotidiennes nous oblige d’avoir un sommeil réparateur indispensable afin de mieux affronter une journée qui s’annonce terrible. Pour réussir à bien dormir, il existe quelques astuces pratiques et efficaces.

Plus de réveil sur la table de nuit

Le fait de vouloir maîtriser l’heure du sommeil ne fait qu’encourager le stress et fait place aux nuits blanches passées à observer les mouvements des aiguilles de la montre. Dorénavant, le réveil sera placé sous le lit : aucune possibilité d’y jeter un coup d’½il mais l’alarme demeure perceptible.

Un esprit tranquille

Il parait que la nuit porte conseil ! Et bien, il suffit de les immortaliser sur une feuille de papier ou dans un agenda pour éviter le stress créé par la peur de l’oubli. Ainsi, toutes les questions sur les choses à faire, le déroulement de la journée et les rendez-vous importants seront notées et il n’y aura plus de raison pour que l’esprit soit perturbé.

Un lieu de rêve

Parmi les spécialistes du domaine, Rebecca Scott, docteur et experte en troubles du sommeil au New York Sleep Institute conseille qu’il faut « penser très fort à une expérience positive ou à quelque chose ou quelqu'un qui vous aura rendu heureux ». De son côté, le psychologue Robin Haight préconise la vision d’un lieu confortable pour mieux réussir à se détendre : une plage de sables fins, un parc, ou même un hamac.

Résister aux bouffées de chaleur

Caractéristiques des femmes ménopausées, les bouffées de chaleur sont dues à la baise du taux d’½strogènes qui se manifeste plus la nuit. Pour mieux vous détendre, il suffit créer une atmosphère de fraîcheur dans la chambre : volets ouverts, ventilateur ou air conditionné, tout est bon pour faire diminuer la température. Pour ce qui est de la literie, il faut opter pour des matières légères comme le coton. Enfin, en cas de graves crises, le médecin traitant pourra proposer un traitement à base d’hormones ou des antidépresseurs.

Enfin, il est important de réduire tous les autres facteurs d’une nuit troublée : le ronflement insupportable du compagnon qui peut être soigné, les va et vient des animaux domestiques, le bruit des enfants, la lumière et les tapages nocturnes.

Canicule : un investissement majeur dans les hôpitaux de Revel

Depuis la canicule meurtrière de 2003, l’Hôpital Local de Revel et ses deux maisons de retraite ont su se parer à de nouveaux caprices de la météo. Ainsi, l’établissement dispose actuellement de plusieurs investissements qui permettent à ses quelques 250 résidents de faire face à la vague de chaleur qui sévit actuellement dans toute la France.

En son rôle de directeur de l’ensemble hospitalier, Philippe Floriot confirme : « On est en niveau 2 depuis vendredi dernier mais on avait anticipé depuis le début de l'été en suivant de près l'évolution de la météo et en mettant en place des protocoles de gestion avec lesquels chacun sait ce qu'il a à faire ».

Du point de vue pratique, ce protocole de gestion de la chaleur consiste en plusieurs étapes essentielles : prise des températures du jour et de la nuit ; fermeture des stores extérieurs des façades exposées au soleil ; aération des pièces la nuit pour capter la fraîcheur ; visite régulière des patient pour contrôler les signes tels la fatigue ou les crampes ; et combattre contre la déshydratation en servant des boissons fréquemment dans la journée mais aussi en offrant des repas spéciaux avec entrée fraîche et dessert à base de laitages frais.

Parmi les investissements qui font l’unanimité auprès des résidents figurent un grand espace frais et des « lingettes rafraîchissantes, des brumisateurs ainsi que des ventilateurs et rafraîchisseurs portables pour les patients qui ne peuvent pas quitter leur chambre pour se rendre dans les grandes salles fraîches » et la présence des vacataires saisonniers qui remplacent les personnels en congé.

Chaleur estivale : comment en venir à bout ?

Quelques conseils de spécialistes de la santé pour réussir à s’adapter aux hausses de chaleurs caractéristiques de la saison estivale.
L’organisme humain est capable de s’adapter à la hausse de température. Le docteur Daniel Gloaguen confirme qu’« à partir de 21°C, l’organisme met en route des mécanismes d’échange de chaleur » telles la transpiration et la dilatation des vaisseaux cutanés.

Questionné sur cette capacité d’adaptation, le professeur Jean-François Toussain affirme qu’elle est de nature progressive et le surplus de chaleur entraine l’hyperthermie. Il ajoute même que « nous ne sommes pas égaux : l’intensité des mécanismes d’adaptation à la chaleur dépend certes de la température mais aussi de notre génétique, de notre métabolisme ou encore de notre zone d’habitation ».

Le rythme cardiaque et la chaleur

Il existe plusieurs personnes à risque durant les canicules. Les cardiaques figurent parmi les plus vulnérables car « en cas de chaleur, le rythme cardiaque peut augmenter de 10 à 15 pulsations/minute, même au repos, à cause de la vasodilatation cutanée. Le sang se répartit vers les extrémités et le c½ur doit pomper davantage et battre plus vite pour irriguer ces zones », explique le professeur Toussaint. Il conseille donc à ces personnes de ne pas faire d’efforts physiques durant les heures les plus chaudes et en cas d’exercice physique comme la randonnée, toujours apporter un cardiofréquencemètre pour calculer la fréquence qui doit se limiter à 220 moins l’âge (180 pulsations/minute pour 40 ans).

Une transpiration régulée

Même si la transpiration permet au corps de réguler la température interne, il faut apprendre à la maîtriser car le docteur Gloaguen affirme que « pour évacuer la chaleur efficacement, la sueur doit s’évaporer, et non ruisseler à la surface de la peau ». Pour éviter la déshydratation, le docteur conseille de « ne pas chercher à bloquer le processus de transpiration, qui est nécessaire. En revanche, il faut compenser les pertes en eau, en buvant régulièrement ».

En période de grande chaleur, quelques astuces pratiques existent : « Une douche fraîche ou une serviette humide permet de capter le froid et d’éliminer la chaleur par convection. Ventilateur et climatisation, eux, atténuent l’impression de chaleur grâce au mouvement d’air ».

Semaine de l’environnement : une maison de la santé écologique

Gros plan sur la maison de la santé du Tournugeois et ses économies d’énergie dans le cadre de la semaine de l’environnement.
Fonctionnelle depuis avril 2012, cette Maison de santé pluridisciplinaire bâtie par l’architecte Laurent Vallas détient le label «Construction au standard passif » grâce à sa consommation en chauffage qui n’atteint pas les 15,4 kW/h/m². Ce résultat est devenu possible avec l’utilisation de matériaux d’isolation très performants tels l’ossature bois, l’isolation en laine de bois, la bardage en mélèze sur les murs extérieurs et le toit végétalisé.

En concevant cette maison écologique, l’architecte a pensé à tout pour amoindrir au maximum la consommation d’énergie et a choisi deux pompes à chaleur géothermique pour alimenter le chauffage.

Pour diminuer le gaspillage, il a installé quatre puits de lumière, un détecteur de présence pour l’éclairage et du matériel informatique à faible consommation d’énergie. Avec tous les chauffages, la ventilation, l’éclairage, la bureautique et les équipements électriques, la consommation totale est estimée à 73 kW/h/m².

Pour finir, il n’y a pas besoin de climatisation car les pompes à chaleur de l’été servent en elles seules de ventilateur. Le seul doute des habitants : qu’en est-il des étés caniculaires où les températures extérieures peuvent dépasser les quarante degrés car le système de rafraîchissement est seulement capable de diminuer de 4 degré la température intérieure selon la température extérieure.
Pour satisfaire les curieux, une visite de 30 à 45 minutes a été organisée à l’intérieur du bâtiment et les visiteurs ont pu voir une maquette de la structure et de son système d’isolation.